Pour se faire entendre, l’homme ne dépend pas du volume de sa voix. Avec l’alphabet, il pouvait être entendu d’un continent à l’autre, d’hier à demain. Il pouvait toucher des gens éloignés dans l’espace et dans le temps. Sans prononcer un son -en silence-ses pensées pouvaient être entendues partout dans le monde en même temps.